Toutes les archives
  Il vous reste 5 unité(s) article(s) à consulter.

Manifestation à Strasbourg pour l'Europe des langues

Strasbourg sera traversé dimanche par la manifestation « Europa bunto ». A l'aube d'une Europe à 25 pays et 20 langues, elle plaidera « pour la défense de la diversité linguistique ».

« En passant de 11 à 20 langues dans l'Union, le risque est grand d'une dérive : il y aura très vite des "grandes langues" et des "petites langues" ! » Gilbert Stammbach, à Strasbourg, est le relais régional de la manifestation européenne « pour la défense de la diversité linguistique » à laquelle appellent de nombreuses associations dimanche 9 mai. Baptisée Europa bunto (*), cette manifestation veut « poser le problème de ce risque d'hégémonie linguistique », qui menacerait les principes même de l'Europe unie.
 L'idée d'Europa bunto est née il y a un an environ dans les associations espérantophones, et notamment celle de Saint-Brieuc (Côte d'Armor). Ce réseau associatif défend la langue internationale inventée en 1887 par le Polonais Lejser Ludwik Zamenhof, l'espéranto. Facile à apprendre, avec quelques règles logiques et simples de grammaire, une prononciation et une orthographe cohérentes, et un vocabulaire emprunté à un cocktail de langues mondiales, l'espéranto, pensait-il, pouvait devenir la seconde langue de tous -et donc un fabuleux outil de dialogue égalitaire sur la planète.

L'espéranto,
langue auxiliaire ?

 L'idéal de Zamenhof, malgré les guerres linguistiques du XXe siècle et la large victoire de l'anglo-américain, reste pertinent, estiment les espérantophones, qui seraient entre 2 et 4 millions dans le monde. « Mais ces chiffres sont difficiles à vérifier », explique Gilbert Stammbach, « en Alsace, nous sommes une centaine, mais je sais que des personnes apprennent toutes seules, par exemple sur Internet ». Le réseau mondial, avec ses forums et ses courriels saute-frontières, a en effet donné, semble-t-il, une nouvelle jeunesse à l'espéranto.

Débat au Parlement

 Président du centre culturel d'espéranto de Strasbourg, Gilbert Stammbach a donc son idée sur une précieuse « langue auxiliaire » en Europe. Mais « Europa bunto veut seulement poser le problème, d'autres propositions y ont leur place », explique-t-il. La manifestation veut rappeler aussi le souci des langues régionales et minoritaires : l'association bretonne Diwan et l'Académie de la langue des Asturies y seront par exemple présentes.
 La manifestation, débutera par un rassemblement place de l'Université, à partir de 11 h, avec des chansons de Jean-Marc Leclercq, dit JoMo -connu pour chanter dans de très nombreuses langues, dont l'espéranto. Puis le cortège, à partir de 14 h défilera vers le Parlement européen. Au bâtiment Louise-Weiss, en accord avec les autorités qui organisent les « portes ouvertes », un débat (en français) sera organisé à 16 h dans un amphithéâtre de 200 places : « Comment éviter la discrimination linguistique et permettre le multilinguisme prévu par les textes fondateurs de l'Union européenne ? » Traducteurs, linguistes, militants espérantophones, diplomates interviendront et répondront aux questions de la salle (détails sur le site multilingue www.europa-bunto.org).



Jacques Fortier


© Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 08 Mai 2004.. Tous droits de reproduction réservés